Archives de catégorie : Techniques picturales ou graphiques

La contre-épreuve

En 2013, j’avais réalisé une copie d’après Hubert Robert dont j’avais trouvé le dessin dans un livre sous le titre « Bord de la Marne »…!!

Je découvre récemment  la contre-épreuve sous le titre « Couple de pêcheurs et promeneurs sur le bord d’une rivière » :

Hubert Robert,sanguine,pëcheurs, promeneurs, rivière
Contre-épreuve

Voici une belle occasion de rapporter ici  la « Place de la contre-épreuve dans le travail d’Hubert Robert

Après avoir achevé un dessin, Hubert Robert en tirait immédiatement une contre-épreuve pour une utilité future. Selon Sarah Catala, «les échanges de contre-épreuves fréquents entre pensionnaires de l’Académie de France à Rome, ajoutés à l’usage de donner à son mécène les dessins illustrant les sites prestigieux visités lors de voyages explique cette pratique. La réplique inversée, conservée en atelier, permet de fixer le souvenir d’une sanguine destinée à la vente ou d’être rehaussée d’encre pour être vendue à son tour. »
Une source inépuisable d’inspiration
La technique de la contre-épreuve permet de garder trace d’une sanguine vendue ou offerte. Gardées en atelier durant plusieurs années, copiées en partie ou en totalité, les contre -épreuves inspirent fréquemment de nouvelles compositions. » source

Initiation à la linogravure

Le 9 avril 2017, j’ai suivi un petit stage organisé par le musée national de l’Éducation situé à Rouen : une belle occasion pour moi d’expérimenter cette  technique ainsi que de redécouvrir la rue Eau de Robec et son histoire.

Musée national de l'Éducation, Munaé,Rouen
Musée national de l’Éducation

« En s’inspirant des vues pittoresques de Rouen à la fin du XIXe siècle, les participants étaient invités à réaliser une linogravure sur le thème du paysage urbain de la rue Eau-de-Robec.« 

C’est Johanna Daniel qui anima avec brio le cours de travaux pratiques !

Lire la suite

Préparation d’un vernis-gel ou gelée flamande

Ci-dessous détail du tableau de Marteen VAN HEEMSKERCK « Saint Luc peignant la Vierge »

« Avec ce médium, le peintre donne à ses figures l’apparence de la vie qui anime ses modèles. » En fait, à travers ces couleurs et ce médium, qualifié par Arasse d’« infime goutte de vie », ce sont tous les concepts de la physico-chimie de la peinture qui transparaissent. En particulier, l’ajout d’un tel gel va pouvoir modifier la fluidité de la matière picturale, la saturation de la couleur et produire des effets spécifiques sur l’œuvre finale tels qu’une matière lisse et brillante ou un empâtement qui révèle une texture grâce au mouvement du pinceau durant le geste du peintre. Aujourd’hui, la reconstitution de ces produits, en suivant des procédés décrits de manière plus ou moins précise dans des livres de recettes, combinée à l’analyse de leur propriétés rhéologiques, nous renseignent sur l’écoulement de la matière picturale sous l’effet du pinceau, la formation du film de peinture et son séchage, et de là, sur les motivations qui ont conduit à ces formules chimiques souvent complexes. Par exemple, pour s’en tenir à cette matière sous forme de gel sur la palette de Van Heemskerck, la propriété thixotrope du produit fait que la peinture va s’écouler doucement et facilement sous le geste du pinceau puis, lorsque la main se relèvera, que la matière restera en place et ne s’écoulera plus. « source

Lire la suite

Vernis cuit au mastic de Chio(s) en larmes

Chios a une particularité mondiale, il s’agit du seul endroit au monde où le tronc et les branches du lentisque pleurent. La légende raconte que les lentisques se sont mis à pleurer en voyant le martyre atroce de Saint Isidore torturé pour sa croyance du christianisme. Par la suite, les larmes sèchent et coagulent pour donner l’odorant mastic.

Bien qu’il existe des lentisques sur toute l’île, le plus incroyable est que la production du mastic n’est récoltée que dans le Sud, dans les Mastihohoria (villages à mastic). Des régions un peu plus au Nord, entièrement recouvertes d’arbres à mastic n’ont pas le privilège de le produire. C’est donc justement que le mastic est le symbole de Chios. Il existe également l’hypothèse que le nom de Chios a une origine phénicienne.

–> Le savoir-faire de la culture de mastiha à l’île de Chios

Lire la suite

Sur la peinture du portrait : les conseils d’Élisabeth Vigée-Lebrun

À la fin du magnifique livre « Souvenirs« , l’artiste écrit ceci :

« J’ai désiré placer à la fin de ce volume les conseils que j’ai écrits pour ma nièce, madame Le Franc, qui peuvent être utiles aux femmes qui se destinent à peindre le portrait. »

vigee-le-brun-

Alain Yvars, qui a eu la généreuse idée de relater quelques extraits du tome troisième de l’ouvrage, m’a donné envie de partager à mon tour une partie des conseils donnés par cette merveilleuse portraitiste.

Lire la suite