Archives par mot-clé : nature morte

Coincer la bulle

Le saviez-vous ?
« L’expression vient de l’argot militaire et fait allusion à l’aboutissement du travail de mise en place de la plaque de certaines armes lourdes (mortier) dont l’horizontalité est vérifiée par un niveau dont la bulle doit être placée (coincée) entre deux repères (on a dit aussi : coincer la bulle entre les repères). Le mot s’est lexicalisé : la bulle, signifiant « temps de repos », d’où la construction plus récente : faire la bulle. »  source

Huile sur bois 36×50

Un hanap

Musée_historique_de_Strasbourg-Hanap-1737

Grand vase en métal monté sur un pied et muni d’un couvercle, dont on se servait autrefois pour boire. source

« Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap ! » (Cyrano de Bergerac, tirade des nez).

Le hanap était plutôt utilisé pour boire et non pour servir la boisson–> aiguière : il semble malgré tout que certains modèles aient été « reconvertis » en cruche ou pichet !

Cette pièce d’orfèvrerie est très présente dans la peinture flamande et hollandaise : natures mortes (vanités) . Elle est souvent en métal précieux comme le vermeil, l’or, l’argent ou bien l’étain mais aussi en ivoire ou en cristal comme ci-dessous en bas à gauche du tableau de Metsys.

QM
Quentin Metsys

Lire la suite

Objets symboles en peinture. Vanités et Natures mortes

« Les anciens maîtres ont compris que les objets symboles peuvent attribuer un sens particulier aux compositions représentant la nature morte ou vivante, le portrait ou les scènes de genre, à tel point qu’un still leven va devenir un tableau religieux, une image du monde, dont le concept est décrit avec les objets« 

Les ambassadeurs, Hans Holbein le Jeune, 1533, National Gallery
Les ambassadeurs, Hans Holbein le Jeune, 1533, National Gallery

À propos du tableau

Quelques exemples  :
-la pomme renvoie à Adam et au péché originel,
-les cerises au Paradis,
-le raisin à l’incarnation du Sauveur et au mystère de l’Eucharistie,
-le calice de vin au sang versé par le Christ
-la noix est la chair tendre de Jésus sur le bois de la Croix,
-le citron, l’amertume de la Chute.
-le lys signifie la pureté, l’ancolie, la présence du Saint-Esprit,
-l’iris, la douleur,
-l’œillet, par homonymie (carnation), l’incarnation du Christ

la corruption de toute matière : la mouche, qui précède le ver de la pourriture, et les petits insectes d’une manière générale ; les pétales fanés ; les fruits abîmés ; les pierres lézardées ou les rebords de coupelles ébréchés ; les cordes rompues ;

la fuite du temps : le chronomètre ou la montre, la bougie consumée, le sablier, le crâne ou le squelette, la lampe à huile ;

la fragilité de la vie : crânes, bougies éteintes, fleurs fanées, miroirs, instruments de musique, fumée, bulle de savon, chenille, papillon (qui est aussi symbole de l’âme), verre brisé ou renversé ; objets en déséquilibre ;

la vanité des biens de ce monde : étoffes précieuses, coquillages, bijoux, pièces de monnaie, armes, couronnes et sceptres (richesse et pouvoir), livres, instruments scientifiques, bustes antiques ou tout objet d’art (connaissance), verres et vin, pipes, instruments de musique, cartes à jouer, dés (plaisirs) ;

la vérité de la résurrection et de la vie éternelle : épis de blé, couronnes de laurier, citations des Écritures ou des stoïciens qui soulignent l’inutilité des biens de ce monde sous forme de sentences : Vanitas vanitatum et omnia vanitas (« Vanité des vanités, tout est vanité »), «Toutes choses ont leur temps », « Sorti nu du ventre de sa mère, il s’en retournera de même, et n’emportera rien avec lui du fruit de son labeur ». source

Quelques significations décodées des objets

Lire la suite