Archives de catégorie : Le saviez-vous ?

Coincer la bulle

Le saviez-vous ?
« L’expression vient de l’argot militaire et fait allusion à l’aboutissement du travail de mise en place de la plaque de certaines armes lourdes (mortier) dont l’horizontalité est vérifiée par un niveau dont la bulle doit être placée (coincée) entre deux repères (on a dit aussi : coincer la bulle entre les repères). Le mot s’est lexicalisé : la bulle, signifiant « temps de repos », d’où la construction plus récente : faire la bulle. »  source

Huile sur bois 36×50
calendrier, époque médiévale, glandée, Livre des profits champêtres et ruraux, Maître du boccace de Genève, Manuscrit enluminé, musée Condé, Pierre de Crescens, Pietro Di Crescenzi, Rustican, tempera, travaux agricoles, vie paysanne

Le calendrier des travaux agricoles

Copie d’après le Rustican (ou Livre des profits champêtres et ruraux )de Pierre de Crescent. Miniature du Maître du Boccace de Genève issue du manuscrit du musée Condé, ms.340, folio 303v vers 1470-1475.

« En France, c’est à la demande de Charles V que le texte sera traduit en français en 1373 et intitulé : Rustican ou Livre des proffiz champestres et ruraulx. Il existe huit exemplaires du Rustican aujourd’hui et celui conservé à Chantilly est certainement le plus beau. Il fut très probablement commandé par le beau-frère du roi Charles VII et enluminé par le Maître du boccace de Genève. » source

Janvier : Extraction de l’argile sous la neige.                    Juillet : la moisson
Février : l’épandage de la fumure animale                         Août : le battage du blé
Mars : la taille de la vigne                                                           Septembre : les semailles
Avril : la tonte des moutons                                                      Octobre : le foulage du raisin
Mai : la chasse au faucon                                                            Novembre : la glandée
Juin : la fenaison                                                                            Décembre : l’égorgement du cochon

Tempera sur bois 21×24, chaque vignette fait 5×5,5cms
Novembre : la glandée

Le saviez-vous ?
La glandée ou panage c’est mener les porcs en forêt afin qu’ils se nourrissent eux-mêmes des fruits des arbres : faînes, glands, noisettes,etc.. Cette occupation automnale peu productive aurait donné son sens au verbe glander (terme populaire) : perdre son temps, attendre inutilement…
 Pour aller plus loin :
L’iconographie des manuscrits du Traité d’agriculture de Pier’ de Crescenzi

 

Fabricant de vernis, encyclopédie Panckoucke, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Diderot et D'Alembert

Le marchand de couleurs

…ou la boutique de l’épicier !

On appelle à Paris le corps des épiciers, ceux des six corps de marchands où se fait le commerce des drogues, et autres marchandises comprises sous le nom d’épicerie : il est le second des six corps, et a rang après celui de la draperie. Source 

Les six corps de marchands : drapiers/épiciers/merciers/fourreurs/bonnetiers/orfèvres
Le corps d’épicerie : apothicaires/droguistes/confituriers /ciriers/ ciergiers

Corps des épiciers,Fabricant de vernis, encyclopédie Panckoucke, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Diderot et D'Alembert

Cette planche (répertoriée sous le nom Peinture en bâtimens ou encore Fabricant de vernis pour les bâtimens, meubles, voitures…) fait partie du quatrième tome du recueil de planches de Encyclopédie méthodique, dite « Encyclopédie Panckoucke .

Robert Bénard  : spécialisé dans la technique du burin, il est principalement renommé pour avoir fourni une quantité importante de planches à l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, à partir de 1754 (vol. IV). Il dirige la gravure de la Suite du recueil de planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts mécaniques (Planches, Supplément, 1777), travaille à à l’édition de Genève de l’Encyclopédie, dont il dirige aussi la gravure, et à celle de l’Encyclopédie méthodique. Il travaille également pour l’Académie des Sciences, notamment pour les Descriptions des Arts et Métiers. source

C’est donc à la boutique de l’épicier que l’artiste pouvait se procurer ses couleurs, vernis, toiles et autres fournitures dont il avait besoin pour exercer son art.

L’Encyclopédie méthodique, dite « Panckoucke » fut publiée par Charles-Joseph Panckoucke puis par sa veuve et son gendre entre 1782 et 1832, et fut l’œuvre d’une centaine d’auteurs. Elle compte plus de 200 volumes.
À la différence de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d’Alembert, dont les articles sont présentés par ordre alphabétique, les connaissances humaines y sont réparties en 27 disciplines, chacune faisant l’objet d’un dictionnaire spécialisé.source

 

Autres planches à regarder pour le plaisir : Recueil de planches, sur les sciences, les arts libéraux, et les arts méchaniques

Antoine Borel,dessin,Le Bernin,

Gian Lorenzo Bernini, dit Le Bernin

Il y a quelques mois, au cours de mes flâneries sur la « toile », un dessin a retenu mon attention mais, comme souvent hélas, je ne pense pas à noter son emplacement d’origine 🙁

Aujourd’hui,  je le retrouve enfin dans les collections numérisées de la Bibliothèque numérique de l’INHA 🙂
Il s’agit d’une copie faite par Antoine Borel d’après un tableau de la Galerie des Ducs d’Orléans.

Antoine Borel,dessin,Le Bernin,
Pierre noire, mine de plomb, encre noire et lavis 34×43 cm

La curiosité me pousse à en savoir plus : le titre indiqué sur le dessin est « La méditation« . Je décide de me mettre en quête dudit tableau sans aucune indication supplémentaire pour m’aider …Après moult méandres et de recoupements, je trouve dans un des catalogues « Description des tableaux du Palais Royal« un texte qui semble bien correspondre au sujet. Cette fois, le titre devient « Un étudiant » et le peintre serait de Jean Laurent Bernin (on s’étonnera de la date de décès du peintre en 1640!)

INHA,Palais Royal,Le Bernin,

edit : autre description (avec cette fois la bonne date de décès)

Voilà, j’ai un titre, un peintre mais toujours pas d’œuvre à voir sauf peut-être celle-ci mais …est-elle de la main du maître ou de son entourage ??

Le Bernin, Saint Jean
Saint Jean lisant

 

 

La contre-épreuve

En 2013, j’avais réalisé une copie d’après Hubert Robert dont j’avais trouvé le dessin dans un livre sous le titre « Bord de la Marne »…!!

Je découvre récemment  la contre-épreuve sous le titre « Couple de pêcheurs et promeneurs sur le bord d’une rivière » :

Hubert Robert,sanguine,pëcheurs, promeneurs, rivière
Contre-épreuve

Voici une belle occasion de rapporter ici  la « Place de la contre-épreuve dans le travail d’Hubert Robert

Après avoir achevé un dessin, Hubert Robert en tirait immédiatement une contre-épreuve pour une utilité future. Selon Sarah Catala, «les échanges de contre-épreuves fréquents entre pensionnaires de l’Académie de France à Rome, ajoutés à l’usage de donner à son mécène les dessins illustrant les sites prestigieux visités lors de voyages explique cette pratique. La réplique inversée, conservée en atelier, permet de fixer le souvenir d’une sanguine destinée à la vente ou d’être rehaussée d’encre pour être vendue à son tour. »
Une source inépuisable d’inspiration
La technique de la contre-épreuve permet de garder trace d’une sanguine vendue ou offerte. Gardées en atelier durant plusieurs années, copiées en partie ou en totalité, les contre -épreuves inspirent fréquemment de nouvelles compositions. » source