Archives par mot-clé : support à peindre

La toile à peindre

« La toile a peu à peu supplanté le bois, car elle se prête plus facilement à toutes les utilisations. Au début, les artistes ont employé le lin,matériau très fin. Puis dès le 17ème siècle, apparaît le chanvre, matériau plus grossier, mais moins coûteux, puis ensuite le lin sergé et la toile de jute. Les artistes jouent avec le tissage de la toile qui reste parfois visible sous la peinture. »  source

La serge, qui est l’une des 3 armures principales du tissage, se caractérise par des côtes obliques sur l’endroit et sont unis sur l’envers . source

Claude Lorrain a  utilisé ce type de toile pour beaucoup de ses tableaux . source

En zoomant, on peut  constater ici ,par exemple, les « petits traits » obliques du tissage.

zoom

préparer support à peintre, gesso

Préparation moderne d’un support à peindre

Afin d’obtenir un support très lisse, je choisis une toile de lin fine voire extra-fine pré-enduite.

Pour les panneaux rigides, j’utilise le côté lisse d’un Isorel que je préfère le plus souvent au MDF .

Je passe de l’enduit acrylique de bonne qualité (type Talens) avec un petit rouleau en mousse, préalablement mouillé et essoré.

Puis immédiatement après, j’utilise une spatule en plastique pour uniformiser l’ensemble –> ce qui laisse une couche très fine, sans aucune trace, que je ponce doucement une fois sèche.
Je recommence l’opération plusieurs fois jusqu’à l’effet souhaité .

 

136

techniques anciennes, préparation support bois, gesso traditionnel, techniques des maîtres

Préparation traditionnelle d’un support bois à peindre

Un ponçage léger d’une planche de contreplaqué de très bonne qualité : l’épaisseur peut aller de 10 mm à 18 mm voire + selon le format choisi et la « destination »…
Passage de 2 ou 3 couches de colle de peau liquéfiée au bain-Marie sur les 2 faces du support (équilibrage les tensions pour éviter la déformation du bois ).

Selon le cas l’enduit peut se faire au plâtre amorphe –>gesso : attention pour ce choix, « l’enduit destiné à recevoir une peinture à l’huile, on doit poser une couche isolante de colle de peau pour éviter tout contact de l’huile avec le plâtre alcalin…« source
–> imprégnation

Pour info :
*Le gypse est un sulfate de calcium.
*La craie (blanc de Meudon par exemple ) est un carbonate de calcium
*La préparation des supports d’après Cennini (traduction)

Enduit au blanc de Meudon

Le mélange est composé de 50% de colle de peau de lapin et 50% de Blanc de Meudon.
Ci-dessous: 100grs de gelée (prélevée dans le gros pot!)et 100grs de charge.
J’incorpore le blanc de Meudon, progressivement en attendant que la poudre soit tombée au fond avant d’introduire la dosette suivante ; je ne mélange pas et laisse s’imbiber dans la colle de peau chaude. Ce n’est qu’à la fin que je remue très doucement avec une spatule en bois jusqu’à l’homogénéité du mélange (une belle pâte à crêpe!)

Gesso01F
Je passe immédiatement à travers un bas nylon ce qui élimine les éventuelles impuretés.
Je laisse refroidir avant de réchauffer pour la première utilisation : je n’ai jamais eu de bulles en procédant ainsi …

J’utilise un pinceau (spalter) en poils synthétiques très doux. Il faut que le geste soit assez rapide avant que l’enduit ne se fige –> éviter de revenir en arrière dès que la surface se matifie 😉

Pour des formats importants, il est plus pratique d’utiliser une spatule à enduire en plastique (dont j’arrondis les angles) ou encore un sabre (je n’ai pas encore essayé cet outil !)

edit : Une spatule coudée inox à pâtisserie peut faire le job !

appliF
Ci-dessous les 8 premières étapes, je commence à poncer très légèrement à partir du 5 ou 6ème passage.

end72

 

Je préfère utiliser de petites quantités à la fois (quand c’est possible) pour ne pas chauffer trop longtemps le même mélange. Je sors aussi « du bain chaud » entre deux passages et je couvre pour limiter l’évaporation.

Pour info : 250 grs d’enduit me permettent de couvrir un format 45X50 pour 10 couches environ.(soit une surface totale d’un petit peu+ de 2m²)

Gesso03F

Papiers abrasifs utilisés dans différentes granulométries

Utilisation à sec

papier au carbure de silicium (feuille gris clair) que l’on trouve sous le nom de papier anti-encrassant ; on en trouve aussi chez Castorama…(attention la qualité n’est pas toujours la même selon le fabricant !)

– éponge abrasive –>ici

Utilisation à l’eau ou mixte

– papier abrasif à l’eau pour carrosserie ( dans un centre-auto, on trouve plus facilement du grain extra fin)

-et le top –> papier Wetordry 3M (ref: 401Q Imperial 2000) pour un fini vraiment impeccable !

Un lissage final peut aussi se faire à la ponce-soie.

Pour obtenir une surface parfaitement lisse et douce comme du marbre, je passe au moins 10 voire 12 et même 14 couches d’enduit comme ci-dessous (support destiné à la tempera et/ou à la dorure).

Dans les couches finales : une fois l’enduit bien sec, j’imbibe (modérément) d’eau froide une petite éponge synthétique  que je passe zone par zone que je lisse à la main en faisant des petits mouvements circulaires très doux pour uniformiser au maximum. Il faut arrêter le geste dès que cela « accroche »et passer sur la zone suivante.

SupportF

Techniques

Tempera à l’oeuf
Colle de peau
Plâtre amorphe (éteint)
Préparation d’un vernis Dammar
Préparation d’un vernis cuit au mastic de Chio
Préparation d’un vernis-gel ou gelée dite flamande
Préparation traditionnelle d’un support bois
Préparation moderne d’un support à peindre
Préparation d’un support papier sur châssis
Papier préparé pour pointes de métal

Montage d’une toile brute sur châssis
Encollage à la colle de peau d’une toile brute

Méthodes de report d’un dessin
Cadrage, format et homothétie

Nettoyage de la palette et des pinceaux (sans solvant)

Stabiliser la main : appui-main
Filtrer la lumière
Protection d’un travail en cours de réalisation
Viseur ou fenêtre de visée : fabrication
À petits pas  : quelques-uns de mes travaux en étapes
Mes travaux pratiques