Vernis cuit au mastic de Chio(s) en larmes

Chios a une particularité mondiale, il s’agit du seul endroit au monde où le tronc et les branches du lentisque pleurent. La légende raconte que les lentisques se sont mis à pleurer en voyant le martyre atroce de Saint Isidore torturé pour sa croyance du christianisme. Par la suite, les larmes sèchent et coagulent pour donner l’odorant mastic.

Bien qu’il existe des lentisques sur toute l’île, le plus incroyable est que la production du mastic n’est récoltée que dans le Sud, dans les Mastihohoria (villages à mastic). Des régions un peu plus au Nord, entièrement recouvertes d’arbres à mastic n’ont pas le privilège de le produire. C’est donc justement que le mastic est le symbole de Chios. Il existe également l’hypothèse que le nom de Chios a une origine phénicienne.

–> Le savoir-faire de la culture de mastiha à l’île de Chios

 

Larmes de Chio
Larmes de Chio
C’est « la » résine des peintres. (Pierre Garcia)

Ci-dessous un extrait du Traité théorique et pratique sur l’art de faire et d’appliquer les vernis. Pierre-François Tingry

tingry

 

 

Préparation du vernis cuit au mastic

Proportions : la teneur en résine varie selon les recettes (P.de Pracontal, C.Yvel, P.Garcia, J-P Brazs…)
J’ai opté pour une solution dosée à 40% de matière sèche.
Soit  pour un premier essai :
25 grs de Mastic  et 37,5 ml de térébenthine rectifiée.

La térébenthine et la résine réduite en poudre sont mises dans un récipient en verre placé au bain-Marie. On mélange doucement et longuement jusqu’à dissolution complète à l’aide d’un agitateur en verre*.(fournitures Laboratoire) La chauffe doit être modérée.

*Par déduction, j’explique ici le choix de cet instrument.

N.B. : Pour des raisons de sécurité,  il est impératif d’utiliser un appareil électrique et non un feu vif (avec flammes). Ne jamais porter le mélange à ébullition.

Je filtre dans un pot en verre que je remplis avec le moins d’air possible au-dessus du vernis. (On peut laisser décanter quelques jours …ou pas !)

Voilà de quoi préparer et expérimenter de nouveaux médiums en ajoutant des huiles insaturées de lin ou de noix et même de la cire en quantités variables selon les différentes utilisations…

Ce vernis en association avec l’huile noire permet d’obtenir un medium thixotropique ; pour un meilleur résultat, il est préférable de le préparer « à chaud ».

–> préparation d’un vernis gel ou la « gelée flamande« .