Archives par mot-clé : techniques graphiques

Étude de mains d’après Leonardo da Vinci

Toujours pour m’amuser, je continue d’expérimenter la technique du dessin à la pointe d’argent sur papier préparé  (colle de peau, poudre d’os, lithopone et sienne naturelle en poudre) : report des contours du modèle au fusain (mise aux carreaux !).

Rehauts à la gouache blanche et le reste… comme j’ai pu 😀

Original

Étude mains Vinci, pointe d'argent, techniques des maîtres
Pointe d’argent sur papier préparé 22×30

 

papier préparé, pointe d'argent, techniques anciennes

Papier préparé pour pointes de métal

Pour dessiner à la pointe de métal (argent, or, cuivre, étain, etc..) il est nécessaire d’apprêter le papier avec un enduit légèrement abrasif : cela va permettre de retenir les fines particules de métal.

Je choisis un papier aquarelle « grain satiné » d’un grammage de 300gr minimum que je monte sur châssis (ou sur un morceau de contreplaqué pour les petits formats) en suivant le même processus qu’ici .

Deux possibilités :  un enduit traditionnel  ou un enduit acrylique.

Lire la suite

Le dessin à la pointe d’argent

Dürer's Father's Self-portrait
Dürer’s Father’s Self-portrait

« Technique très ancienne, connue depuis l’Antiquité, consistant à tracer les lignes du dessin avec un stylet métallique pointu en argent, or, cuivre ou plomb, sur des supports (papier ou parchemin) préalablement enduits au pinceau d’une préparation spéciale à base de pigments de couleur et de blanc d’Espagne ou de poudre d’os liés par une colle. La pointe d’argent, employée sur des papiers teintés, ainsi préparés, laisse une marque grise, qui s’oxyde en brun avec le temps. Le trait, précis et délicat, ne peut s’effacer ; il s’agit d’une empreinte qui s’inscrit en creux sur la feuille. Les ombres ne peuvent être obtenues qu’à l’aide de hachures parallèles ou croisées. Des rehauts de blanc, exécutés à la gouache, appliqués au pinceau ou à la plume, sont souvent associés à ce procédé, qui fut utilisé avec virtuosité par les artistes de la Renaissance, notamment par Dürer. » source

Le trait métallique de Dürer

Il est préconisé d’utiliser de l’argent recuit (plus doux) plutôt que l’écrouis (plus dur) : ce medium étant tout nouveau pour moi, j’en ai commandé un de chaque pour me rendre compte de la  différence. Lors de ma première « expérimentation », j’ai constaté que le recuit laisse une trace  plus « marquée » et l’écrouis une trace plus légère…toute proportion gardée 😉

Cet artisan sérieux propose un produit d’excellente qualité, le conditionnement protège parfaitement l’article et le délai est respecté : bref,  à recommander sans hésitation 😉 🙂
–> Il faut cependant le contacter pour lui indiquer la qualité souhaitée car pour le moment le site ne donne pas cette indication 🙂

Le papier préparé légèrement abrasif accroche les fines particules du métal.

Technique décrite (en anglais) :
part 1
part 2
 

Pour info : bientôt deux expositions à venir

Tour d’horizon parmi les oeuvres  (liste non exhaustive!)

Je vous souhaite une jolie balade …minimongol

Lire la suite

Albrecht Dürer

Le drapé

La technique dans « Manuel des jeunes artistes et amateurs en peinture » par Bouvier

Autres sources pour apprendre :
Bridgman’s Complete Guide To Drawing From Life  (le drapé à partir de la page 318)
Le drapé Carnet de dessins Patrick Le Chanu